Revue de presse du 29 mai 2015

La startup américaine Organovo est capable de reproduire différents tissus organiques avec l’impression 3D.
La startup américaine Organovo est capable de reproduire différents tissus organiques avec l’impression 3D.

L’Oréal veut recourir à l’impression 3D pour tester ses produits 

Sciencepost.fr J.B. Nail le 25 mai 2015

Depuis 2013, la commission européenne a voté une loi interdisant les expérimentations sur les animaux.

L’Oréal et d’autres entreprises du secteur de la cosmétique doivent adapter leur activité à cette nouvelle contrainte juridique en testant leurs produits sur des peaux synthétiques.

La startup américaine Organovo est capable de reproduire différents tissus organiques avec l’impression 3D.

Une tortue de mer sauvée grâce à l’impression 3D 

BFMTV.com le 18 mai 2015

L’impression 3D vient une fois de plus  au secours de la cause animale.

Une  tortue blessée au large de la Turquie et dont la mâchoire et le bec ont été broyés par l’hélice d’un bateau a été prise en charge par une équipe de volontaires. Avec l’aide de la société B.Tech Innovato, spécialisée dans les prothèses et les implants médicaux,  ils ont pu reconstituer la mâchoire supérieure et inférieure ainsi que le bec grâce à l’impression 3D avant de les greffer sur l’animal.

Electroloom, la première imprimante 3D de textile 

Les numériques.com  David Trafial le 22 mai 2015

La startup Electroloom créée par Aaron Rowely en 2014 propose la première imprimante 3D permettant d’imprimer des vêtements constitués de fibres tissées.

Sur la base d’un patron, l’imprimante dépose des nanos fibres fabriquées par la technique d’électrofilage.

Pour le moment ce procédé permet de fabriquer des vêtements en polyester, en coton et dans des couleurs assez restreintes.

Le projet est actuellement déposé sur la plateforme de crowdfunding  Kickstater afin de lever des fonds.

L’impression 3D, un secteur prometteur en franchise 

Le Journal du Net, le 26 mai 2015

Matrix 3D est l’une des premières franchises autour de l’impression 3D. L’enseigne ne compte pour le moment que deux sites pilotes, mais entend ouvrir une centaine de points de vente partout en Europe dans les prochains mois.

Dans l’hexagone, Print Me Up a ouvert sa première boutique physique à Paris début 2015.

Les franchises existantes sont également attirées par ce nouveau marché : LDLC et Cartridge World.